Brioche perdue ou brioche dorée ?

Brioche-Perdue-GA

J’ai découvert il y a peu qu’ici le « pain perdu » est du « pain doré ». J’aime cette dénomination. Elle est tellement plus positive et poétique que la version française, purement pragmatique et un poil négative (ça nous rappelle juste qu’on mange du vieux pain du fond de la huche…).
Si j’osais, je dirais que pour moi c’est assez représentatif des états d’esprit français et québécois…


Bref. Revenons à notre recette.

Afin de pouvoir faire de la brioche dorée, nous avons lutté pour ne pas finir notre brioche vendéenne en 3 jours. Une fois la juste quantité de brioche restante, nous l’avons soigneusement mise de côté dans un placard en attendant le week-end, afin de ne pas être tentés de la finir fraîche.

Et nous n’avons pas regretté cette attente !

C’était délicieux, fondant en bouche ! Mon Geek Adoré a même dévoré sa part en qualifiant ma recette de « meilleure brioche perdue qu’il ait pu manger ».



Ingrédients pour 2 personnes :

  • Un reste de brioche
  • 1 œuf
  • 250ml de lait d’amande
  • 1 CS d’extrait de vanille liquide
  • 1 CS de rhum ambré (facultatif)
  • Du beurre salé
  • Du sucre en poudre

 

Débiter la brioche en tranches.

Battre l’œuf, le lait et la vanille (et le rhum). Mettre les tranches de brioche à tremper dans le mélange en les retournant pour qu’elles soient complètement imbibées.

Chauffer une grande poêle, faire fondre un morceau de beurre. Déposer les tranches de brioche.

Quand la première face est dorée, retourner en ayant préalablement saupoudré légèrement l’autre face de sucre. Saupoudrer également la première face. Quand les 2 sont dorées, servir immédiatement.

A savourer tel quel, ou arrosé de sirop d’érable.

Mioum !

Print Friendly

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *



You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>